1ere de couv catalogue extrait
couverture Caillou Rouge

Le Caillou Rouge

15 10
Nombre de produits disponibles : 60

Détails

  • intitulé : uniquement en VPC

Description

 Le Caillou Rouge, d’Aline Cespédès Vignes, est le deuxième ouvrage de la collection « Roman de vies ».

C’est aussi le deuxième ouvrage de cette auteur, le 1er étant « Ciel Bleu Vase Clos » aux éditions l’Harmattan.

Ce qui m’a touché dans ce roman :

La couleur chaude des souvenirs du pays, l’Algérie, et l’importance de ce passé si vivant, face à la pauvreté de l’univers moribond de la maison de retraite d’où nous parle l’auteur.

La détresse de la personne vieillissant, devant renoncer à l’intimité de la maison familiale, s’adapter à un univers nouveau d’odeurs, de bruits, de voisinage, à la perte dramatique de ses souvenirs ! (l’éditrice)

ISBN : 2-88448-094-3

112 pages, 13,5X21, éditions Sum le Hameau,

Collection « Roman de Vies », 15€

 

 

TEXTE du 4eme  de  couverture

 

 

 

Aline Cespédès-Vignes

 

Le caillou rouge

 

 

 

Le caillou rouge, c’est le voyage immobile de l’amitié, le voyage initiatique  que Marie, paralysée, entreprend pour Emma, depuis peu dans une maison de retraite. Parce que son amie vieillit, qu’elle oublie les mots, ne les reconnaît plus, parce qu’elle perd ici ou là le fil de la conversation, le caillou rouge part du lit médicalisé, arrive dans la chambre 26 et tire pour Emma le rideau d’un théâtre où ils seront mis en scène.

 

Le caillou rouge c’est le miracle de la renaissance. Avec lui, et les tragédies, les vaudevilles ou les pièces intimistes, Emma voyage à travers sa jeunesse, son village. L’amour, la guerre, la mort, l’exil, épurés par le temps, lui apparaissent alors  explicables voire nécessaires pour avancer, se construire.

 

Quand elle atteint le port de la sérénité, quand elle est capable de naviguer dans un monde sans bourreau, sans victimes, Emma comprend qu’elle ne mourra pas parce qu’elle est née à la Vie Universelle où elle sera femme souffle, fleur, arbre, pierre…

 

Le caillou rouge, c’est alors les milliards de perles bleues du collier d’Indra, bulles tour à tour uniques et plurielles, chacune se reflétant dans l’autre, pour le mouvement éternel de la Roue de la Vie.